Guide pour attribuer une allocation aux enfants et aux adolescents

Nous vous aidons à y voir plus clair en matière de tâches et d’allocation afin que vous puissiez amorcer la conversation avec vos préados et vos ados en toute confiance.
Par Alicia Cox Thomson · 19 décembre 2023 · 17 minutes de lecture
A mother giving her young child money for an allowance

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez dépensé votre propre argent? Ce fut agréable, n’est-ce pas? Recevoir sa première allocation est un rite de passage. Non seulement cela marque une nouvelle étape dans la relation parent-enfant, qui évolue d’une surveillance constante vers une plus grande liberté de choix, mais c’est aussi la première fois que vos enfants peuvent gérer de l’argent par eux-mêmes. 

Entrer dans le monde des tâches et de l’allocation avec vos enfants s’accompagne de responsabilités et de quelques moments d’apprentissage très importants (il s’agit de la gestion de l’argent, après tout). Mais vous savez quoi? Il n’est pas nécessaire que ce soit compliqué. 

Dans ce guide, nous expliquons les raisons pour lesquelles les enfants devraient recevoir une allocation, le lien entre les tâches et l’allocation, l’âge auquel commencer à recevoir une allocation, les trois types d’allocations, le montant de l’allocation en fonction de l’âge, et la façon de parler à vos enfants de littératie financière

Nous aborderons également l’utilité d’une application de gestion financière pour les enfants, comme Mydoh, qui facilite le versement d’une allocation hebdomadaire ou mensuelle en permettant aux parents d’effectuer des versements réguliers de leur compte à celui de leur enfant.

Poursuivez votre lecture pour découvrir comment commencer.

Qu’est-ce qu’une allocation pour enfants?

L’allocation consiste à donner à vos enfants une somme d’argent déterminée sur une base régulière (mensuelle ou hebdomadaire) en échange de l’accomplissement de tâches ou sans qu’ils aient à faire quoi que ce soit. La meilleure approche est celle qui convient à votre famille, mais un mélange des deux méthodes est très répandu (voir ci-dessous). 

Il s’agit d’une étape importante pour toutes les parties concernées : les enfants apprécient la liberté de gérer leur propre argent et les parents ont plaisir à les voir assumer de nouvelles responsabilités au fur et à mesure qu’ils grandissent. Cette promesse entre vos enfants et vous est une formule gagnante pour tous, si elle est tenue.

Pourquoi les enfants devraient-ils recevoir une allocation?

Il peut être difficile d’accepter que nos enfants vieillissent; nous voyons toujours leurs visages de bébés malgré le fait qu’ils se transforment et mûrissent. Quoi qu’il en soit, c’est sûr qu’ils vieillissent, et il est alors important de leur donner l’occasion de vous le prouver. L’allocation est un moyen clair de faire preuve de responsabilité. Vous concluez un accord : nous te donnons un montant x, tu accomplis la tâche y. 

L’utilisation d’une application de tâches et d’allocations axée sur la gestion financière peut constituer un bon moyen d’instaurer une routine en matière d’allocation. Grâce à la transparence entre les comptes, Mydoh permet aux parents d’exercer un contrôle sur la façon dont les enfants dépensent leur argent. Les enfants ont la liberté de gérer leur argent, tandis que les parents ont la possibilité de surveiller ce qu’ils font. Vous pouvez même réagir aux achats avec des émojis (pensez à utiliser l’émoji qui applaudit lorsqu’ils prennent une bonne décision). 

A teenager putting his allowance money into a piggy bank

Quatre raisons pour lesquelles les parents devraient verser une allocation

1. L’allocation renforce la confiance

Gérer son propre argent constitue une grande étape, et les enfants le reconnaissent. La fierté de payer quelque chose avec son propre argent est un sentiment agréable à tout âge. Il est également gratifiant pour vous de voir vos enfants gagner de la confiance en eux lorsqu’ils apprennent à gérer l’argent.

2. L’allocation crée des moments propices à l’apprentissage de notions financières

C’est à vous de décider si vous voulez donner une liberté totale en matière de dépenses. Toutefois, que vous contrôliez les achats ou non, il est important de parler à vos enfants de ce qu’ils ont l’intention de faire avec leur argent. Discutez des dépenses liées aux besoins et aux désirs, de l’épargne anticipée pour acheter quelque chose qu’ils désirent, du don d’argent pour une cause qui leur tient à cœur et de l’achat de cadeaux pour les autres.

3. L’allocation favorise la responsabilité

Donner de l’argent aux enfants pour qu’ils le gèrent eux-mêmes, c’est leur dire : « Je te fais confiance pour gérer cet argent parce que tu es responsable. » Cela peut renforcer les sentiments d’importance et d’estime de soi. C’est puissant.

4. L’allocation crée un espace sécurisé où l’on peut faire des bêtises

Les regrets liés aux dépenses peuvent survenir à tout âge, mais en donnant aux enfants un espace à faible enjeu pour apprendre par essais et erreurs, ils comprennent très tôt comment y faire face. Par exemple, s’ils dépensent toute leur allocation en bonbons, ils se rendent compte qu’ils ne peuvent pas acheter le jeu qu’ils veulent vraiment. Lorsque cela se produit, vous pouvez discuter avec eux de ce qu’ils ressentent et de ce qu’ils pourraient faire différemment la prochaine fois.

Trois types d’allocations 

Examinons les différents types d’allocations et leur fonctionnement. L’un des premiers éléments à prendre en compte est la fréquence : verserez-vous une allocation hebdomadaire ou mensuelle? Il est important d’être cohérent et de tenir ses promesses le moment venu, quel que soit le type d’allocation choisi. Mydoh permet de s’en rappeler facilement, car lorsque vos enfants accomplissent une tâche et la marquent comme terminée dans leur compte, ils sont payés le jour de la paie, qui a lieu tous les samedis. 

Voici trois types d’allocations : 

1. Allocation en fonction des tâches

Cette version est probablement la plus familière : l’enfant se voit confier des tâches ménagères en échange d’une somme d’argent lorsqu’il les accomplit. Il peut s’agir d’une tâche quotidienne, comme remplir le lave-vaisselle, d’une tâche hebdomadaire, comme sortir le bac de recyclage, ou d’une tâche ponctuelle, comme laver la voiture. 

Les tâches dépendent de l’âge de votre enfant; vous êtes le meilleur juge, mais l’important est qu’il puisse l’accomplir. Attribuer une tâche trop difficile à effectuer correctement n’aide personne : vous devrez la refaire et votre enfant aura l’impression d’avoir échoué. 

Avantages : Il est classique de rémunérer les enfants pour les tâches qu’ils accomplissent et, soyons honnêtes, cela contribue au maintien de la propreté de la maison (c’est vraiment une formule gagnante pour tous!) Cela leur inculque la valeur de gagner de l’argent pour un travail bien fait. Les tâches ménagères peuvent également permettre aux enfants d’acquérir des compétences essentielles.

Désavantages : Certains affirment que les enfants doivent contribuer aux tâches ménagères parce qu’ils font partie de la famille et qu’ils habitent sous le même toit. Le fait de les payer nuit-il à cette valeur?

2. Allocation pure

Ce concept vise à enseigner aux enfants la responsabilité financière en leur versant une allocation indépendamment des tâches ménagères. Vos enfants effectuent peut-être des tâches ménagères, mais ce n’est pas pour cette raison qu’ils reçoivent de l’argent. 

Avantages : En distinguant les tâches de l’allocation, les enfants comprennent que les tâches font partie de la vie familiale. Elles leur apprennent à gérer leur argent sans une pression supplémentaire comme « Si je ne passe pas l’aspirateur dans le salon, je ne serai pas payé ».

Désavantages : Certains pensent que le fait de verser une allocation sans l’associer à une tâche spécifique n’apprend pas aux enfants à gagner de l’argent en faisant un bon travail. 

3. L’approche hybride 

La combinaison des deux méthodes offre le meilleur des deux mondes. Les enfants reçoivent une allocation qui n’est pas associée aux tâches ménagères et ils ont la possibilité de gagner un montant supplémentaire en effectuant des tâches plus importantes comme laver les fenêtres ou désherber le jardin. Cette approche leur apprend à gérer leur argent et les incite à en gagner encore plus. 

Avantages : Cette approche fonctionne particulièrement bien avec les enfants plus âgés qui peuvent aisément accomplir des tâches ménagères plus importantes, comme garder leurs frères et sœurs plus jeunes. Elle est flexible pour les parents, qui peuvent ainsi décider de la manière dont les tâches sont accomplies et récompensées dans leur foyer.

Désavantages : En fonction de l’ambition de l’enfant, les parents peuvent se retrouver à court de tâches à accomplir. Vous pouvez toujours fixer une limite au montant que l’enfant peut gagner.

À quel âge devrait-on verser une allocation à son enfant?

De nombreux enfants sont prêts à assumer des tâches et à se voir attribuer des paiements réguliers vers l’âge de 10 ans. Toutefois, la décision demeure personnelle, et l’âge auquel commencer dépend de l’enfant. Certains facteurs comme l’intérêt et le niveau de maturité sont à prendre en compte. Votre enfant a-t-il demandé expressément une allocation ou certains articles que vous n’êtes pas prêt à payer? Pensez-vous qu’il est prêt à assumer une nouvelle responsabilité? C’est vous qui connaissez le mieux votre enfant. 

A mother and her kids creating a chore chart on a whiteboard

Manière de déterminer le type d’allocation qui convient à votre famille

Comme indiqué plus haut, certaines familles estiment que les tâches et l’allocation devraient être aussi distinctes que l’Église et l’État, tandis que d’autres considèrent qu’il s’agit d’un moyen simple d’aider les enfants à découvrir la valeur du travail. Les deux affirmations peuvent être vraies, d’où l’option hybride, mais comment prendre la décision? 

1. Déterminer le type d’allocation que vous souhaitez verser

Lorsque vos enfants sont prêts à recevoir une allocation, ils effectuent probablement déjà des tâches régulières comme ranger leur chambre, nourrir leur animal de compagnie ou vider le lave-vaisselle. Comment cela se passe-t-il? Pensez-vous qu’une somme d’argent aidera votre enfant à accomplir ces tâches plus rapidement ou, soyons honnêtes, en se plaignant moins? Peut-être qu’une allocation basée sur des tâches est plus appropriée. Si les tâches ménagères sont déjà accomplies et que vous avez établi une routine agréable, essayez de donner une allocation pure et simple. 

2. Évaluer les besoins de chaque enfant

Ce qui fonctionne pour un enfant ne fonctionne pas nécessairement pour un autre, et il n’y a rien de mal à attribuer des types d’allocations différents à chacun de vos enfants. L’approche hybride peut être mieux adaptée à un ado plus âgé en lui confiant des tâches plus importantes; un jeune préado peut bénéficier davantage d’une approche simple où il accomplit quelques tâches chaque semaine et reçoit ensuite une allocation. Mydoh facilite la mise en place de ce système : vous créez une tâche comme « nourrir le chien » et vous l’assignez à votre enfant. Lorsqu’elle est terminée, vous recevez une alerte par l’intermédiaire de l’application.

3. Déterminer la liberté à accorder

Il s’agit là d’un point important. Les jeunes préados qui commencent à recevoir leur première allocation peuvent avoir besoin d’une plus grande surveillance, car ils doivent se familiariser avec le fait de disposer de leur propre argent de poche. D’un autre côté, vous pouvez leur donner une liberté totale pour voir comment ils se débrouillent dans un premier temps. Vous pourriez être surpris! Vous pourriez également envisager de fixer des limites à ce qu’ils ne peuvent acheter, par exemple, aucun jeu vidéo violent.

Manière de déterminer une allocation pour vos enfants

Après avoir décidé du type d’allocation que vous verserez, il est temps de parler de chiffres. Il est important d’être juste et de déterminer un montant qui donnera à votre enfant la possibilité d’acheter ne serait-ce qu’une petite chose, ainsi que d’économiser et de donner une partie de cette somme. 

1. Examiner vos dépenses

Quel est le montant de l’allocation que vous pouvez prélever des dépenses du ménage? Faites le calcul et prévoyez une augmentation au fur et à mesure que vos enfants vieillissent. Serez-vous en mesure de respecter votre part du marché avec plusieurs enfants?

2. Déterminer le montant de l’allocation en fonction de l’âge

Une bonne règle de base est de 0,50 $ à 1 $ par année d’âge de l’enfant, par semaine ou deux fois par mois. Par exemple, un enfant de 13 ans recevra de 6,50 $ à 13 $ par semaine ou de 26 $ à 52 $ par mois. 

• Recommandations pour les enfants de moins de 10 ans : Commencez modestement avec les enfants plus jeunes afin qu’ils aient l’impression d’avoir leur propre argent. Essayez une fourchette de 2 $ à 5 $ par semaine. 

• Recommandations pour les préados de 10 à 12 ans : Une fois qu’ils ont prouvé qu’ils pouvaient gérer leur argent, il est temps de leur accorder une augmentation. En vieillissant, les enfants peuvent convoiter des choses plus chères. Essayez une fourchette de 5 $ à 12 $ par semaine.

• Recommandations pour les ados de 13 à 16 ans : Les ados plus âgés auront besoin d’un peu plus d’argent; essayez une fourchette de 13 $ à 16 $ par semaine. Si votre ado a un emploi à temps partiel, vous pouvez décider si cela justifie une diminution, voire une suppression totale de l’allocation.

Utilisez notre calculatrice d’allocation pour enfants pour vous aider à attribuer les tâches et à déterminer la somme d’argent à verser à vos enfants.

3. Décider du moment où l’allocation sera versée

Le choix entre une allocation mensuelle et une allocation hebdomadaire est personnel. Il est recommandé de commencer par une allocation hebdomadaire ou bimensuelle afin que les enfants puissent voir leur argent s’accumuler plus rapidement. Recevoir de l’argent chaque semaine donne aux enfants une raison d’attendre avec impatience le jour de la paie! Et avec Mydoh, le jour de la paie est le samedi. Il vous suffit de définir le montant et la fréquence, et l’argent est automatiquement versé dans le compte de votre enfant et sur sa carte à puce.

4. Fixer des attentes concernant le versement et la réception de l’allocation

L’important est de communiquer clairement ce que vous attendez de votre enfant pour qu’il reçoive son argent, qu’il s’agisse de tâches quotidiennes, de notes ou de comportement. Si vous optez pour la méthode hybride, précisez quelles tâches seront rémunérées et lesquelles devront être accomplies pour aider la famille. Il n’est pas recommandé de retirer l’allocation en guise de punition, car cela pourrait entraîner une pression et une anxiété injustifiées. Faites également savoir à votre enfant qu’il peut obtenir des augmentations en vieillissant – cela lui donnera une raison d’attendre ce moment avec impatience.

Teen girl holding phone stands next to woman who is smiling in kitchen.

Conversations importantes sur l’argent à avoir avec vos préados et vos ados

Avant de commencer à leur verser une allocation, apprenez à vos enfants à parler d’argent dès leur plus jeune âge avec toute la famille – même les enfants de cinq ans et moins peuvent comprendre les concepts de base. 

Voici quelques sujets de conversation.

1. Expliquez-leur que presque tout coûte de l’argent, comme l’eau qu’ils utilisent pour se brosser les dents, l’électricité, Internet et l’essence. Les enfants ont souvent de la difficulté à avoir une vue d’ensemble lorsqu’ils parlent des finances familiales. Vous pouvez les aider à comprendre que c’est un privilège d’avoir de l’argent à dépenser pour les choses qu’ils veulent après avoir payé ce dont ils ont besoin. 

Expliquer les différences socio-économiques peut également être utile aux enfants. L’une des leçons à retenir est qu’il ne faut pas se vanter de recevoir une allocation auprès des autres, car certains enfants n’ont pas ce privilège. 

2. Le concept « dépenser, épargner, donner » est populaire parce qu’il met l’accent sur le fait que l’allocation n’est pas réservée qu’aux dépenses frivoles (bien qu’il soit acceptable de se gâter de temps en temps!). Gérer son argent ne consiste pas seulement à acheter ce que l’on veut, mais aussi à développer une relation saine avec ses finances tout au long de sa vie. 

  • Épargner : Épargner 10 % par mois est un bon début. Vos enfants voudront peut-être réserver leur épargne à un usage particulier. Expliquez-leur l’importance d’épargner pour constituer un fonds d’urgence; peut-être que l’ouverture d’un compte d’épargne avec un taux d’intérêt plus élevé est susceptible de les intéresser (le cas échéant, expliquez-leur également ce qu’est un taux d’intérêt).
  • Dépenser : Voici la partie amusante! Vous voudrez peut-être définir des paramètres concernant ce qu’ils peuvent acheter – ont-ils carte blanche ou certains articles sont-ils interdits? Parlez-leur des articles de qualité par rapport aux articles jetables et de la valeur de leur argent. Trois chandails de mauvaise qualité à 10 $ ont-ils plus de valeur pour vous qu’un seul chandail à 30 $ qui durera? Le fait d’être ouvert et disponible pour parler d’argent évite la confusion. Faites-leur savoir qu’ils peuvent vous demander n’importe quoi.
  • Donner : Un don de 10 % est une bonne règle de base. Cela enseigne la philanthropie et constitue une grande leçon de vie qui consiste à aider les autres. Vous pouvez rechercher ensemble une cause et mettre en place une contribution régulière; ils peuvent épargner pour un don important ou faire un nouveau don chaque mois. Ce sont eux qui choisissent! Envisagez de faire des dons à des initiatives communautaires de temps en temps. Les enfants apprendront ainsi à réinvestir leur argent là où ils vivent, apprennent et se divertissent.

Avantages de l’utilisation d’une application de gestion financière pour les tâches ménagères et l’allocation 

Bien qu’il y ait des avantages à donner une allocation en espèces aux enfants, la vérité est qu’ils ont déjà été bien exposés au monde numérique. Il peut être plus facile de dépenser en ligne lorsque l’argent ne semble pas réel, et c’est en fait une excellente raison pour laquelle une application de gestion financière comme Mydoh peut être utile. Elle apprend aux enfants à gérer leurs finances numériques dès le départ, ce que nous, les parents, n’avons jamais eu l’occasion d’apprendre avant l’âge adulte. Les enfants vivent toute leur vie en ligne, pourquoi en serait-il autrement pour leurs finances? 

Tout est indépendant et contrôlable dans l’application Mydoh. Vous ouvrez un compte parent, vous invitez vos enfants et vous déterminez un montant récurrent. Vous pouvez entrer des tâches et leur attribuer une valeur ou envoyer de l’argent sans qu’il soit nécessaire de terminer la tâche. Si vous décidez d’inclure des tâches, vous recevrez une alerte lorsque votre enfant confirmera en avoir accompli une. La carte à puce peut être verrouillée et déverrouillée en tout temps, et tous les achats sont visibles. Les enfants peuvent utiliser leur carte à puce et dépenser en ligne et en magasin (jusqu’à concurrence des limites permises) partout où Visa est acceptée.

Êtes-vous prêt à parler de tâches et d’allocation à vos enfants?

Quelle que soit la façon dont vous envisagez d’établir l’allocation, le plus important est de prendre en compte les avantages et les inconvénients d’une allocation et des tâches – qu’il s’agisse de décider du type d’allocation qui convient à votre famille ou de planifier des conversations sur les bonnes habitudes financières, la responsabilité et la philanthropie. Votre enfant ou votre ado est prêt à assumer plus de responsabilités. L’êtes-vous?

Téléchargez l’application Mydoh pour suivre les tâches et envoyer automatiquement les allocations à vos enfants.

`

Cet article ne contient que des renseignements généraux et ne constitue pas un conseil juridique, financier ou professionnel. Il convient de consulter un conseiller professionnel au sujet de votre situation particulière. Bien que les renseignements présentés soient considérés comme factuels et actuels, leur exactitude n’est pas garantie et ils ne doivent pas être perçus comme une analyse complète des sujets abordés. Toutes les opinions exprimées reflètent le jugement de l’auteur·e ou des auteur·e·s à la date de publication et sont susceptibles de changer. La Banque Royale du Canada et ses sociétés affiliées n’approuvent pas expressément ou implicitement les tiers ou leurs conseils, opinions, informations, produits ou services.

Inscrivez toute la famille à Mydoh

Jusqu’à 2 parents et 5 enfants sans frais supplémentaires.

Obtenez les 30 premiers jours gratuitement et donnez à vos enfants une longueur d’avance sur le développement de leurs compétences financières.*

Obtenez les 30 premiers jours gratuitement et donnez à vos enfants une longueur d’avance sur le développement de leurs compétences financières.*

Après la période d’essai, Mydoh ne coûte que
2,99 $ par mois

Articles connexes

Explorer Style de vie
18 décembre 2023

Savoir négocier est une compétence précieuse dont on profite tout au long de sa vie. Aidez vos enfants et vos ados à maîtriser l’art de la négociation grâce à ces conseils utiles.

18 décembre 2023

Vous ne savez pas par où commencer en ce qui concerne les tâches ménagères? Ce guide vous sera utile et vous fournira notamment des listes de tâches adaptées à l’âge des enfants et des tableaux de tâches imprimables.

20 décembre 2023

Quelles tâches quotidiennes vos enfants devraient-ils accomplir? Vous trouverez ci-après des idées et des conseils sur la façon de gérer les tâches ménagères et de verser l’allocation.

18 décembre 2023

Découvrez les raisons pour lesquelles les enfants et les ados devraient recevoir une allocation, les différents types d’allocations, ainsi que les avantages et les inconvénients d’être payé pour effectuer des tâches.

20 décembre 2023

Si votre ado a de la difficulté à faire face à la rentrée scolaire, nous sommes là pour vous aider. Voici des conseils pour créer une routine quotidienne saine pour les élèves afin de les préparer à la réussite.

15 janvier 2024

Votre enfant veut devenir une vedette sur YouTube? Voici tout ce que les parents et les tuteurs doivent savoir sur la création d’une chaîne YouTube pour les enfants et les ados.